samedi 23 février 2013

19 mars balade autour d'Ambohitsoa

Avec Paulette, Fidy et Jean, nous partons à pied en balade au milieu des hameaux et des champs

 


la piste de l'école à Ambohitsoa

les bureaux du fokontany, qui ont servi d'école avant la construction SEF à Ambohitandriana

culture de pois voanjobory ou pois de Bambara, gros pois poussant dans la terre et délicieux en sauce



pierre commémorative

"ma maison"...
l'épicerie

Enceinte en mur vieux de 3 siècles appelé Tamboho. 

Le " Tamboho Ntaolo" ou  mur séculier reste le prestigieux vestige muet de l'histoire de l'Imerina , sur les hautes Terres centrales. Ces monuments avaient plusieurs fonctions socio-économiques dans l'ancienne Société rurale de l 'Imerina . Ces murs délimitaient d'abord un lieu de résidence . La hauteur de l'édifice marque la classe sociale du propriétaire .
Ces murs étaient fait avec l'alliage d'œufs et de bouse de zébus qu'il fallait macérer et piétiner durant des longues journées ou même des mois . Il fallait attendre que la mixture soit " cuite " (miandry azy ho masaka tsara ) Comme l'érection de ces murs se faisait pas tranches successives ou par étages impairs et entamés à partir d'un jour faste ( mijery andro tsara ) désigné par un devin. , la première tranche de base achevée , il fallait attendre que celle-ci soit sèche (maina tsara ny tany ) et solidifié (miamafy ny tany ) pour , ensuite rajouter la deuxième tranche et ainsi de suite pour en finir à la hauteur idéale ( 5 mètres , 9 mètres et 11 mètres ) .On constate une symbolique des nombres impairs dans l'édification du " Tamboho " . 
Le propriétaire ne devait pas dépasser les 11 étages de mur ( iraika amby folo no farany). Une case possédant un mur de cinq niveau ( Tamboho lafiny Dimy ) appartenait , par exemple , à une famille de condition modeste ( olon- tsotra) . Une case ayant déjà un ' tamboho" de sept tranches révélait l'aisance de la Famille . Le mur de neuf étages signalait le domaine du millionnaire (mpanefoefo , mpanarivo ) .

l'épicière de la 1ère épicerie




l'épicière de la 2ème épicerie


Ajouter une légende


la traversée d'Ambohitsoa est toujours très agréable, au départ les mines sont méfiantes mais très rapidement les sourires et les rires explosent, surtout quand on distribue les photos du séjour précédent, ce qui fut une sacrée surprise pour les villageois

elle, je la connais depuis 2006, et à chaque passage je la rencontre et la photographie,


ici on ne fait pas de frais pour habiller les enfants, juste pour les jours d'école

Derrière les enfants: ce qu'il reste de la borne fontaine financée par la SEF EN 2008, dans le petit abri en briques, mais tout fonctionne bien au niveau de l'arrivée d'eau .

Nous continuons notre chemin vers un autre hameau


1 commentaire:

ranouraii a dit…

Vos photos sont magnifiques