dimanche 22 janvier 2012

journée dans les Pangalanes: début matinée




Manakara, MadagascarManakara, au bord de l'océan indien, ancienne ville coloniale dotée d'un petit port, paisible, sans taxis, ville aux pousse pousse (plus de 600).
Capitale de la Région du Vatovavy-Fitovinany, chef lieu du district de Manakara, la plus grande ville de la côte sud-est. La communauté chinoise domine la place. La vie de la population est basée sur le gagne pain informel, peu rémunérant.  
      
Une société chinoise a obtenu un permis de recherche pour l'exploitation d'ilménite à proximité du canal et de la rivière Manakara, une vive contestation intempestive de la population s'est manifestée en décembre dernier, et l'octroi de permis environnement n'est pas encore donné, la phase d'exploration a donc été interrompue.                                
L'ethnie majoritaire est composée d'Antemoro, dont l'activité essentielle est la pêche.




navigation sur le canal
On part sur la rivière Manakara

Manakara, pont métallique au-dessus du canal qui sépare les deux zones de la ville: Tanambao le centre ville commercial très animé et Manakara be le centre administratif, on l'emprunte pour aller vers la plage.


Les oreilles d'éléphant sur les berges

les épaves rouillées 
le port sur la rivière Manakara
mémorial aux victimes du 29 mars 1947

Une histoire qui reste "en débat"...En 1947, Madagascar comptait environ 4 millions d'habitants dont 35 000 européens. Les meilleures terres appartenaient aux colons qui exploitaient les populations rurales, il y avait connivence entre les administrateurs et les colons pour pratiquer des réquisitions et du travail forcé dans des conditions inhumaines d'où une montée de "jacquerie". Certains accusent le Parti MDRM( mouvement démocratique de la rénovation malgache) et ses sociétés secrètes d'être directement responsable de l'insurrection.





Aucun commentaire: