lundi 19 novembre 2012

9 mars Arboretum d'Antsokay, à 12 km de Tulear ( en cours)




L’Arboretum d’Antsokay a été créé vers 1980 à l’initiative d’un botaniste amateur suisse Hermann PETIGNAT, par l’achat de plusieurs parcelles de terrains très pauvres constitués par des marnes calcaires et de sables roux décalcifiés. L’arboretum est situé à 12 km au sud-est de la ville de Toliara, à 2 km au nord du Tropique du Capricorne et à 3 km des eaux du Canal de Mozambique. Antsokay désigne un petit hameau tout proche où se trouvent des pierres calcaires qui servent à fabriquer de la chaux vive.
Sur une superficie de 40 hectares, entourés d’une haie vive végétale, l’initiateur a entrepris de faire se reproduire et multiplier soit par graine, bouture ou transplantation, les espèces de plantes les plus menacées ceci afin de préserver le plus grand nombre de la déforestation constante, des feux de brousse et des pillards. L’étude, l’identification et le cas échéant leur description en sont, pour le mieux assurées et c’est d’ailleurs au cours de nombreuses prospection en brousse que H.Petignat et son équipe ont pu découvrir et décrire de nouvelles espèces.


belle balade dans les allées de ce jardin extraordinaire, très bien entretenu, aux espèces typiques du Sud: euphorbiacées, pachypodium, et autres succulentes...
iguane
Famille des iguanes: Chalarodon madagascariensis. Le 3ème oeil s'appelle l'oeil pariétal, ce n'est pas un oeil "normal" , il ne distingue pas les couleurs comme les 2 autres yeux. Il permet au lézard de voir les zones ombragées et ensoleillées et aussi prévenir de l'arrivée d'un prédateur aérien...

L'arboretum comprend une collection de plus de 900 espèces de plantes du sud-ouest de Madagascar, dont 90% sont endémiques à la région et 80% ont des vertus médicinales. Parmi celles-ci de nombreuses espèces succulentes sont reconnues comme menacées





Ajouter une légende

















.

9 mars route vers Tulear: les fresques des tombeaux mahafaly

Proverbe malgache: " Les morts ne sont vraiment morts que quand les vivants les ont oubliés".
Ces tombeaux au bord de la Nationale 7 prouvent le culte particulier que les malgaches portent à leurs morts. Des fresques peintes sur les murs d'enceinte et les tombeaux même racontent la vie du défunt, mais aussi ses passions et ses rêves.Grands carrés (10 à 15 m de large) de pierres amoncelées entourés de murs peints et petite maison signe de noblesse elle aussi peinte..Le nombre de crânes et cornes de zébus indique un hommage plus ou moins important.