samedi 19 novembre 2011

Premier jour du voyage, samedi 1er octobre 2011

Dès le début de la matinée visite au lavoir d'Anatihazo, quartier de Tana.
Historique et constat:

1 - LE LAVOIR D'ANATIHAZO, visite du 1er octobre 2011, voyage groupe 2011
Avec Lalao, responsable du lavoir d'Anatihazo, quartier de Tana,
environ 70 lavandières qui ont une présence alternée et planifiée: de l'ouverture le matin 4hres à la fermeture le soir à 18hres en principe, organisées en association et payant des cotisations.
Ce fond de roulement sert à payer quelques menues réparations sur la structure et à aider des mamans dans le besoin solidairement.
Restauré et agrandi en 2008, avec adjonction d'un bloc sanitaire en arrière, assainissement le long du mur de l'école derrière qui en temps de pluie laissait passer les eaux dans les classes: financement de 4500 euros SEF et 1500 euros privé, budget limité: travaux en fonction.
Il n'y avait pas un débit suffisant d'eau pour desservir à la fois lavoir et douches-WC, suite à des factures anciennes non payées à la Jirama (service des eaux) par le fokontany, ce bloc est resté fermé plusieurs mois et on les a laissées trouver elles-mêmes la solution en les interpellant à chaque passage.
La solution: remplir des seaux d'eau déposés dans les douches et les WC, ainsi tout a pu être mis en service, un nettoyage régulier est assuré par la maman de Kevin, l'enfant aux pieds malformés, ils vivent dans le petit bureau près du bloc sanitaire.
Ces femmes lavent le linge d'autres personnes, c'est leur métier, pour la plupart elles vivent dans les quartiers proches et en arrière du lavoir, certaines dans des cabanes en planches au toit de tôle de 3 m sur 3, à 5 ou 6 membres de la famille, un ruisseau-égout circulant devant .
Il règne dans ce quartier  une réelle insécurité.

A surveiller: les piliers en bois de la couverture dont la base trempe dans l'eau de lavage, le sol à ré agréer, points qu'il aurait fallu envisager au moment de la réhabilitation mais bloqués par le blocage du financement décidé à l'époque par l'ancien président de l'association.
La capacité pourtant doublée en 2008 reste insuffisante par rapport au nombre de lavandières, mais l'endroit n'est plus extensible.
Le plus gros problème reste l'écoulement des eaux usées qui en-dessous récupère les eaux chargées de déjections diverses de l'égout du quartier et aboutit dans un regard de la rue avant de finir dans un des canaux pollués de la ville. Ce regard de rue doit être ouvert régulièrement pour à mains et pieds nus œuvrer au curage!
De nombreux problèmes de santé existent dans ces familles dont certains ont été gérés avec des aides privées, il est temps que la SEF assure une prise en charge de cette communauté de femmes et enfants dans un esprit de suivi humain autour d'une action concrète de construction d'une structure.
Ainsi avec Mado et Christian avons-nous décidé sur place pendant ce voyage de donner à une maman( sous responsabilité de suivi par Lalao la responsable) 76000 Ariary pour l'intervention de herniorraphie. Cette somme correspond à la facture de tous les produits nécessaires à l'intervention, et les examens de labo, l'acte chirurgical étant gratuit. Une demande a été faite pour le changement de pointure des chaussures orthopédiques de Kevin dont on attend le devis, cet enfant né avec une malformation des pieds, a bénéficié d'une aide privée pour des plâtres pendant 2 ans, aujourd'hui il court. 
Kevin

Nous avons acheté au nom de la SEF des pains de savon chez le grossiste habituel du coin de la rue, que Lalao a distribués de manière équitable entre toutes les lavandières, ainsi que les vêtements, produits d'hygiène et matériel scolaire collectés par les membres du groupe avant le départ.

C'est toujours pour moi très émouvant de revoir ces femmes que je connais maintenant depuis 4 ans. Si à ma première visite sur les lieux elles s'étaient montrées méfiantes et distantes, aujourd'hui elles m'accueillent toujours avec autant de chaleur et d'amitié, que je leur apporte ou non des cadeaux. Et quand je passe seule les voir elles me protègent en m'entourant de tous côtés pour déambuler dans la rue ou les arrières.
Lalao et sa mère 92 ans!

la rue du lavoir


Aucun commentaire: