mercredi 16 novembre 2011

Parlons de ce voyage d'octobre 2011 avec 16 membres de la SEF.

  Un mois déjà s'est écoulé depuis mon retour! Je n'ai pas vu le temps passer entre l'expo à préparer et installer et les ateliers scolaires à Moncoutant et Argenton , les dossiers à mettre à jour , la com. chaque jour, le travail de mise à jour des finances et du reste, mes activités diaporamas et internet pour "Montgolfières en Thouarsais", le tri et travail sur les photos....etc...etc...
Peu de temps pour la famille.
Pas de temps pour la maison et le jardin.
Du temps de réflexion sur les actions , avec le recul. Des exigences à notifier, au-delà de l'amitié qui me lie aux partenaires malgaches , l'émotion ne bride pas la rigueur.
  L'organisation avec Ndimby de 2 séjours de cousines qui partent bientôt, et d'amies qui sont déjà parties m'a permis de rester là-bas encore un peu...J'aime ce travail sur la programmation de séjours, les visites, les haltes, les rencontres. Au bout de 11 séjours je commence à bien cibler les points intéressants et utiles, en tenant compte du profil humain et avec Ndimby la collaboration se passe bien.
  Le voyage d'octobre était le premier dont j'ai eu totalement la responsabilité d'organisation et je m'en suis régalée, comme quand vous ouvrez votre porte à de nouveaux amis pour les accueillir chaleureusement chez vous et leur faire partager votre univers. Ce fut aussi comme la récompense du travail intensif pour la SEF de toute l'année pendant laquelle il y a peu de possibilités de délégation et qui vous force souvent à avancer seul . Mado s'est occupée des vols internationaux et des valises de dons, Christian des valises aussi et des dossiers d'actions, disponible et indispensable pour cadrer les choses, le roi des tableaux Excel.
   Pour le programme j'ai recueilli les desiderata de Mado en les rationnant en fonction des temps et distances, j'y ai joint les miens, et surtout j'ai axé au maximum sur les rencontres humaines et le temps sur nos lieux d'actions.
J'ai proposé de nouvelles destinations à Ndimby comme Betafo, la ferronnerie de Dieudonné, et un de mes rêves: le Parc Marojejy, j'ai sollicité René pour une visite de son atelier de vannerie . Nous avons mis deux mois à tout planifier, par emails et surtout téléphone dont la facture a explosé le budget! Le résultat était à la hauteur de mes attentes, certaines déceptions attendues.
  Ce séjour m'a permis de présenter aux deux membres du bureau qui m'accompagnaient tous mes contacts et amis, des liens créés depuis 5 ans ou moins, par des moments partagés quelquefois très forts, ceci avec l'objectif d'assurer l'avenir des collaborations pour la SEF par une meilleure connaissance des individus pour une confiance réciproque. J'ai eu l'impression de présenter ma famille à des étrangers qui les jaugeaient et quelquefois cela me fut douloureux. J'ai eu aussi le sentiment égoïste qu'on me prenait quelque chose d'unique.
  Il m'a fallu du temps et des moments de vie commune d'égal à égal pour établir ces liens, vivre à la malgache ne m'a jamais posé de problème, l'adaptation fut parfaite, j'ai connu dans mon enfance des scènes similaires dans la petite ferme vendéenne car si nous avions un toit, pour le reste la vie était une dure vie de labeur avec ses malheurs et ses frustrations, parsemée de soirées solidaires et conviviales entre villageois, la lessive à la rivière, l'eau au puits, la lampe à pétrole, les balades en charabancs..... L'adolescente rebelle, mère célibataire à 19 ans a connu la faim, seule à Paris...mais c'est une autre histoire!
  Alors tout à coup présenter nos partenaires de travail , ceux chez qui j'ai dormi, dont j'ai partagé les repas:  oui c'est nécessaire ,  mais en n'oubliant pas que j'ai ce lien privilégié de respect et affection mutuels et en me laissant un temps privé d'échanges sans que je me sente obligée de le demander...quand même!!
  Nul ne peut douter de mes objectifs associatifs, mais je fonctionne avec des émotions, des amours et des amitiés, qui n'entraveront pas la rigueur et les exigences relevant des domaines concrets des actions de la SEF.
  Bref!! Le Partage: oui! Mais avec Respect!
  La composition du groupe de 17 personnes fut un facteur important qui a joué sur l'atmosphère générale du séjour: amitié, solidarité, générosité, gaieté, émotion...tous ingrédients pour une bonne mijotée. Rare à ce point!
Nous nous sommes tous sentis orphelins les uns des autres une fois rentrés,et Ndimby aussi!
   Les prochains articles reprendront chronologiquement le programme de ce voyage ô combien humanitaire!

 

Aucun commentaire: