samedi 16 juillet 2011

bulletin juillet 2011

Deux ans après la prise de pouvoir d'Andry Rajoelina, Madagascar semble s'enfoncer de plus en plus dans une crise sociale économique et financière. Et pourtant sa population n'avait pas besoin de cela. En effet, ce pays est devenu l'un des plus pauvres du monde et la grande majorité de la population y vit désormais avec moins d'un dollar par jour. Les droits fondamentaux ne sont plus respectés : droit à l’alimentation, à la santé, à l’éducation … La période de crises que nous traversons se traduit dans notre propre pays par des difficultés et problèmes pour nombre de femmes et d’hommes : chômage, précarité, pouvoir d’achat en baisse, sans-abris, sans-papiers … En France, en Europe, il y a donc nombre de problèmes à régler mais notre réalité et nos préoccupations quotidiennes ne doivent pas nous pousser à ignorer que les crises écologiques, sociales, géopolitiques, de libertés qui nous frappent, touchent plus durement encore les populations des pays du Sud. D’autant plus que la faiblesse ou l’absence des droits et assurances sociales collectives (sécurité sociale, assurance chômage..) renforce la vulnérabilité de ces populations.

Difficile de parler de développement durable dans un tel contexte, mais la SEF poursuit ses actions humanitaires en privilégiant ce qui touche l’éducation des enfants, l’hygiène et l’eau potable. En sollicitant la participation manuelle des populations aux travaux, nous espérons responsabiliser, et amener un engagement de suivi et entretien, avec accompagnement de notre part et non pas assistanat.





la cantine dans une étable à zébus
       L’école et la cantine d’Ambohitsoa en sont l’exemple, aujourd’hui grâce à vos dons 190 enfants sont scolarisés et mangent dans un lieu décent, assis sur des bancs devant de vraies tables, les pieds sur un sol dallé et non plus sur la terre, à l’abri des vents et pluies. Ici, encouragés par l’intérêt que leur porte la SEF, les parents d’élèves ont participé activement et fièrement aux travaux, ils ont de leur propre initiative refait le chaume du toit de la cantine, garantie pour l’avenir de ce bâtiment, le  nombre d'enfants scolarisés augmente .
       Nous espérons avoir les moyens en 2012 de construire un 3ème bâtiment pour les préscolaires et un bureau-bibliothèque, ce qui réunirait enfin tous les enfants des hameaux sur le même site. A suivre : un vrai bloc sanitaire douches-WC, un aménagement de la cour au centre des 3 bâtiments. Budget à prévoir : 14 000 euros.







En octobre nous allons passer une journée à Ambohitsoa avec un groupe d’adhérents SEF, nous emportons cahiers, matériel scolaire, paniers de basket, ballons, savons…nous visiterons les hameaux à pied à la rencontre des villageois et nous déjeunerons dans la cantine avec les enfants. De quoi établir concrètement des projets avec les élus, les enseignants et les parents d’élèves. Actions suivies par Maryvone. Coordinateur et responsable local : Naivo.


Nous avons opté cette mi-année 2011 pour la restauration complète des sanitaires et de l’assainissement de l’orphelinat Tsimoka (budget travaux 5400 euros) où 10 étudiants français ont déjà pu effectuer des stages dans le cadre de leur cursus universitaire ; toujours bien accueillis et encadrés, ils reviennent transformés par cette expérience auprès des orphelins et nous ont exprimé les grands besoins de l’établissement, accentués depuis la crise politique. Roger en est un directeur dévoué, travaillant en collaboration avec ses fils, des enseignants de tous niveaux et des chefs d’ateliers pour la mécanique, des paysans pour la ferme éducative. De 200 enfants ils ont du réduire leur capacité d’accueil à 80, devant les difficultés pour nourrir et éduquer tout ce petit monde.


Nous nous arrêterons aussi un moment en octobre dans ce lieu où travaille bénévolement cet été Jacques, étudiant de Sciences-Po originaire de Poitiers, stage dans le cadre de son cursus universitaire préparation et accompagnement par la SEF. Il y sera rejoint en août par Pascale, directrice du Centre Aéré d’Argenton-les-Vallées, qui viendra proposer bénévolement son temps et ses compétences en Animation pour les petits et grands pensionnaires. Elle y établira un rapport de fonctionnement et besoins de l’établissement, et un dossier-type pour la SEF concernant les stages et séjours de travail des bénévoles à Madagascar. . Actions suivies par Pascale et Maryvone. Accueil local et coordinateur : Ndimby.
Nous sommes heureux de l’accueillir, par cooptation au sein de notre Conseil d’Administration (en remplacement de Morellya qui a quitté la région), après vote des membres du CA comme nous le permettent nos statuts.




Une autre étudiante en Sciences Po originaire de Thouars, Magalie, partira cet été à Madagascar dans un village de brousse du Nord-est à 35 km de la ville côtière de Sambava, elle vivra chez et comme l’habitant, sa mission SEF sera de rapporter une étude complète de la vie dans ces villages reculés qui n’ont pas l’eau potable, projet SEF d’adduction d’eau à l’étude nécessitant un budget de 60 000 euros difficile à obtenir, nous recherchons toute possibilité de financement, et lançons un appel général à toute générosité, partenariat et idée de collecte , nous préparons des dossiers de demande de subvention auprès des collectivités. Il y a urgence pour ces villages oubliés de tous, qui vont chercher l’eau à la rivière plus ou moins polluée avec les maladies qui s’en suivent. Nous allons y construire une case pour les gens de passage, les paysages de montagne autour sont magnifiques et les possibilités de rando fabuleuses, les habitants très accueillants, c’est une ouverture vers de l’écotourisme et donc une possibilité de développement local. Elle sera accueillie par notre notre correspondante Elisabeth qui sera sa maître de stage et une « maman » de secours.



A Sambava en 2010 la SEF a financé la construction d’un puits dans le quartier d’Elisabeth, et va aider cette année à couvrir l’ancien puits qui sert à la prise d’eau pour lessive et qui est très dégradé

Trois parrainages de petites filles ont été créés cette année dans ce quartier, gérés par Elisabeth.


En octobre nous irons visiter aussi avec le groupe SEF ces endroits et rencontrer la population et nos correspondants du Nord-est. Jean-Marie en revient enchanté de l’accueil et de la beauté des paysages. Actions suivies par Christian, Jean-Marie et Maryvone. Responsable locale : Elisabeth.

A Sahavato les nouvelles sont bonnes : l’eau coule aux bornes fontaines (action SEF 2009). Action suivie par René.


A Tana le lavoir du quartier Anatihazo affiche toujours complet. Responsables : Ndimby et Naivo.


Nous avons du annuler les projets à Antsirabe car après enquête, le terrain où devait se construire le bloc sanitaire est privé et non communal. Action suivie par Dominique et Maryvone.




2011 et le projet à Ambodidivaina

Hélas l'ONG Electriciens sans frontières a changé ses statuts et décidé de se consacrer aux Energies, de ce fait notre projet d'adduction d'eau est en péril , l'aide sérieusement revue à la baisse et les tractations stagnent.
Une étudiante (Sciences Po Rennes) originaire de Thouars est arrivée aujourd'hui à Mada, elle va résider 1 mois et demi à Ambodidivaina pour un stage dans le cadre de son cursus universitaire, sa mission est une étude globale et détaillée de la vie dans ce village de brousse, son rapport devrait nous permettre de mieux déterminer les besoins de la population et cibler nos actions dans cette zone et peut-être de trouver un autre moyen d'apporter l'eau, Elisabeth l'accueillera et l'aidera dans ses démarches, un villageois lui servira d'interprète pour faciliter l'enquête.