dimanche 13 juin 2010

MISSIONS mai 2010 suite -SAMBAVA

6- SAMBAVA, puits et adduction d’eau avec Elisabeth, cousine de Marie du 5 au 9 mai


Vol intérieur AirMad 275 euros Tana-Sambava, arrivée retard et pas de bagages ! Nous reviendrons les récupérer le soir tardivement, Elisabeth m’attendait avec taxi.



Etant reçue chez Elisabeth, aucun frais d’hébergement pour ce séjour, je dors dans le salon , je participe à l’achat de la nourriture pour la famille .



Le 6 mai rencontre de l’entrepreneur Dimby et remise du devis avant le départ

nous prenons la piste en 4L pour Ambodidivaina, village de Marie en brousse




Piste difficile, la 4L souffre, nous serons obligés de descendre et pousser plusieurs fois


La maturation de la vanille est en retard cette année, c’est la moisson du riz, la récolte est bonne, du café sèche au soleil et du riz.



Nous traversons des petits villages traditionnels, toits de tôle ou ravenala, murs en bois et bambous , cocotiers, bananiers, caféiers, petits bouts de rizières gagnés par déforestation et brûlis, petites cultures de courges, concombres…
Après l’accueil chaleureux de la famille de Marie à Ambodidivaina, on nous accompagne à pied jusqu’au lieu où sera érigé le barrage sur un torrent, 5 km de sentier et d’escalade dans les rochers pour finir, 2 villages traversés, il fait très chaud !( A noter : les tuyaux passeront sans s’arrêter dans ces villages qui devront attendre pour une distribution d’eau potable ultérieure !)
Retour idem, repas chez Germaine

Réunion des villageois, un comité d’eau est déjà créé, Germaine en est la trésorière, tous connaissent bien l’entrepreneur né dans un village voisin, ils lui font confiance et sont bien au courant du projet d’adduction d’eau . Une fête s’en suit, chants et danses, tout le village est là


Avec Elisabeth nous repartons la 4L remplie d’offrandes : riz, légumes , vanille de la récolte




Le 7 mai

Location 4/4 pour la journée 50 000A Carburant 30000A Taxe piste 3000A Bac 2000A
Portion Retour pirogue 5000 A

nous prenons à nouveau la piste pour aller cette fois au Village de Elisabeth, où elle n’est pas allée depuis 2 ans, piste encore plus défoncée que la veille, beaux paysages surplombant le fleuve, montagnes à l’horizon, villages traditionnels, cocotiers, manguiers, lychees…grands arbres primaires, fleurs





Nous finissons à pied 7 km, traversons des villages où nous mangeons des oranges, ici aussi c’est la moisson du riz, nous croisons des porteurs de palanches avec des paniers pleins très lourds, nous pouvons observer serpent, caméléons, papillons sur le sentier, nous arrêtons dans plusieurs maisons dire bonjour à la famille.



A l’arrivée dans le village de Elisabeth , gros village, nous sommes fatigués et déshydratés, un repas a été préparé servi avec une bière fraîche ! un peu de repos ensuite pendant que Elisabeth discourt avec sa sœur Jeannette, diabétique, dont elle achète les médicaments (100000 A/mois) et dont elle élève une des filles Jeannick 11 ans.

S’en suit une réunion de tous les villageois avec le maire de la commune dans l’immense école en très mauvais état, une seule pièce pour toutes les classes. L’auditoire est intéressé et attentif, ici l’adduction d’eau a été financée par le gouvernement, il y avait urgence, la rivière en contrebas est peuplée de caïmans qui croquaient régulièrement des morceaux de femmes ou enfants à la période des hautes eaux, mais le linge est toujours lavé à la rivière et le même danger menace les lavandières, aussi me demandent-elles des lavoirs avec blocs sanitaires, ce serait le 1er projet de ce genre dans toute la région, l’entrepreneur Dimby va nous faire un devis, nous insistons sur la participation indispensable aux travaux et les promesses d’entretien et de gestion par cotisations et de formation pour les réparations. Une multitude d’enfants nous entourent apparemment en bonne santé.


Pour éviter les 7 km de marche de retour nous louons une pirogue et naviguons sur le fleuve aux caïmans, paysages montagneux superbes, déforestation tragique par brûlis pour cultiver le riz jusqu’en haut des collines, « nous, à Madagascar, déclare le chauffeur du 4/4 qui nous accompagne, nous n’avons pas le luxe de penser à l’avenir, d’abord la nécessité, et c’est de se nourrir » ! La pirogue se remplit de régimes de bananes, sakoas, oranges…avocats, un poulet vivant fil à la patte, donnés sur les rives par la famille.
Longue journée, rentrée de nuit, j’offre le dîner à Elisabeth, son fils et le chauffeur qui nous ont accompagnées : 15000A pour 4 !

8 mai réunion de tous les bénéficiaires du puits de Elisabeth Sambava

Nous leur exposons le projet de nouveau puits, la nécessité d’entretien régulier et donc de cotisations, ils sont tous contents et ok, le maire nous a délivré un permis de travaux, tout peut commencer
Je laisse 500 euros à Elisabeth pour le début des travaux
Baignade dans l’océan avec les petites filles et nièces de Elisabeth, achat de ballon
9 mai vol retour Tana
Navette retour aéroport-Solimotel
1 nuit Solimotel

Aucun commentaire: