samedi 12 juin 2010

MISSIONS mai 2010 suite 4- l'école de AMBOHITSOA

Laurence injoignable avant mon départ et depuis mon arrivée malgré les messages laissés sur téléphone et mail.


Constatations avec la directrice et les enseignants qui ne l’ont pas revue depuis l’inauguration en septembre dernier :

Chaque classe est occupée par des enfants et un instituteur, des bancs et tables ont été donnés par l’Etat, il y a donc utilisation et nécessité. 190 élèves .Le 1er bâtiment ( 2 classes)construit en 2007 ne pose aucun problème.

Le second (3 classes)en revanche inauguré en septembre dernier en pose plusieurs :

le toit fuit de partout, la tôle, trop fine et ne joignant pas les murs, présente de nombreux trous laissant passer la pluie, à tel point que enfants et enseignants doivent rentrer chez eux quand il pleut, elle ne tient que par des sacs de sable posés ça et là sur le toit, des débuts de lambris avaient été posés au plafond mais mal assemblés, mal pointés et dégradés par les pluies menaçant de finir par tomber, des jours de 5 mm autour des fenêtres laissent aussi passer vents et pluies, une fissure est apparue sur le mur de devant, le semblant d’avancée de toit est bâclé et dégradé, les pluies ravinent la base des murs et les fondations.

Après téléphone à trésorière et secrétaire SEF prenons décision de mesures d’urgence : réparer ! pour la sécurité des enfants et enseignants, il en va de notre responsabilité !

A la suite allons rencontrer le maire et adjoint très gênés, au courant de la situation mais sans moyens, n’ont pas vu non plus Laurence, donnent l’autorisation de travaux nécessaires. Passage chez l’entrepreneur Jacky qui a fait l’école, une employée nous dit qu’il est absent et prend nos coordonnées. Je n’aurai de ses nouvelles qu’à mon retour en France par sa femme Saholy.

La mission est confiée à Naivo, frère de Ndimby qui nous a fait le devis : 3000 euros, pour la réfection du toit et de l’avancée, l’étanchéisation des fenêtres , la consolidation des fondations et l’aménagement tout autour du bâtiment et surtout face à la cour, voir devis.

Il a recruté une équipe d’ouvriers qui actuellement sont plus ou moins sans travail, ceux-ci dormiront dans la cantine toute proche pour diminuer les frais de transport. Nous n’avions pas pris le temps de réunir les villageois pour leur demander leur participation active, Ndimby vient de le faire en se rendant à nouveau sur place, ils aideront à porter sacs de ciment et autres.

Pour info : les droits d’écolage s’élèvent à 70000 francs malgaches ( conversion en Ariary , diviser par 5) par famille, les instituteurs ont un salaire qui va de 75000fr/mois + 500000fr subvention état, à 325000fr/mois sans subvention état, la directrice perçoit de l’état 1 Million de fr soit 80 euros/mois. Elle s’appelle Mme Rasolonjatovo

La cantine est dans un bâtiment proche, sans fenêtre, au toit en chaume, pas de tables, quelques sièges, des foyers alignés pour les marmites qui sont en nombre insuffisant, très peu de moyens ici et très peu à manger !


Aucun commentaire: