dimanche 13 juin 2010

MISSIONS mai 2010 suite -SAMBAVA

6- SAMBAVA, puits et adduction d’eau avec Elisabeth, cousine de Marie du 5 au 9 mai


Vol intérieur AirMad 275 euros Tana-Sambava, arrivée retard et pas de bagages ! Nous reviendrons les récupérer le soir tardivement, Elisabeth m’attendait avec taxi.



Etant reçue chez Elisabeth, aucun frais d’hébergement pour ce séjour, je dors dans le salon , je participe à l’achat de la nourriture pour la famille .



Le 6 mai rencontre de l’entrepreneur Dimby et remise du devis avant le départ

nous prenons la piste en 4L pour Ambodidivaina, village de Marie en brousse




Piste difficile, la 4L souffre, nous serons obligés de descendre et pousser plusieurs fois


La maturation de la vanille est en retard cette année, c’est la moisson du riz, la récolte est bonne, du café sèche au soleil et du riz.



Nous traversons des petits villages traditionnels, toits de tôle ou ravenala, murs en bois et bambous , cocotiers, bananiers, caféiers, petits bouts de rizières gagnés par déforestation et brûlis, petites cultures de courges, concombres…
Après l’accueil chaleureux de la famille de Marie à Ambodidivaina, on nous accompagne à pied jusqu’au lieu où sera érigé le barrage sur un torrent, 5 km de sentier et d’escalade dans les rochers pour finir, 2 villages traversés, il fait très chaud !( A noter : les tuyaux passeront sans s’arrêter dans ces villages qui devront attendre pour une distribution d’eau potable ultérieure !)
Retour idem, repas chez Germaine

Réunion des villageois, un comité d’eau est déjà créé, Germaine en est la trésorière, tous connaissent bien l’entrepreneur né dans un village voisin, ils lui font confiance et sont bien au courant du projet d’adduction d’eau . Une fête s’en suit, chants et danses, tout le village est là


Avec Elisabeth nous repartons la 4L remplie d’offrandes : riz, légumes , vanille de la récolte




Le 7 mai

Location 4/4 pour la journée 50 000A Carburant 30000A Taxe piste 3000A Bac 2000A
Portion Retour pirogue 5000 A

nous prenons à nouveau la piste pour aller cette fois au Village de Elisabeth, où elle n’est pas allée depuis 2 ans, piste encore plus défoncée que la veille, beaux paysages surplombant le fleuve, montagnes à l’horizon, villages traditionnels, cocotiers, manguiers, lychees…grands arbres primaires, fleurs





Nous finissons à pied 7 km, traversons des villages où nous mangeons des oranges, ici aussi c’est la moisson du riz, nous croisons des porteurs de palanches avec des paniers pleins très lourds, nous pouvons observer serpent, caméléons, papillons sur le sentier, nous arrêtons dans plusieurs maisons dire bonjour à la famille.



A l’arrivée dans le village de Elisabeth , gros village, nous sommes fatigués et déshydratés, un repas a été préparé servi avec une bière fraîche ! un peu de repos ensuite pendant que Elisabeth discourt avec sa sœur Jeannette, diabétique, dont elle achète les médicaments (100000 A/mois) et dont elle élève une des filles Jeannick 11 ans.

S’en suit une réunion de tous les villageois avec le maire de la commune dans l’immense école en très mauvais état, une seule pièce pour toutes les classes. L’auditoire est intéressé et attentif, ici l’adduction d’eau a été financée par le gouvernement, il y avait urgence, la rivière en contrebas est peuplée de caïmans qui croquaient régulièrement des morceaux de femmes ou enfants à la période des hautes eaux, mais le linge est toujours lavé à la rivière et le même danger menace les lavandières, aussi me demandent-elles des lavoirs avec blocs sanitaires, ce serait le 1er projet de ce genre dans toute la région, l’entrepreneur Dimby va nous faire un devis, nous insistons sur la participation indispensable aux travaux et les promesses d’entretien et de gestion par cotisations et de formation pour les réparations. Une multitude d’enfants nous entourent apparemment en bonne santé.


Pour éviter les 7 km de marche de retour nous louons une pirogue et naviguons sur le fleuve aux caïmans, paysages montagneux superbes, déforestation tragique par brûlis pour cultiver le riz jusqu’en haut des collines, « nous, à Madagascar, déclare le chauffeur du 4/4 qui nous accompagne, nous n’avons pas le luxe de penser à l’avenir, d’abord la nécessité, et c’est de se nourrir » ! La pirogue se remplit de régimes de bananes, sakoas, oranges…avocats, un poulet vivant fil à la patte, donnés sur les rives par la famille.
Longue journée, rentrée de nuit, j’offre le dîner à Elisabeth, son fils et le chauffeur qui nous ont accompagnées : 15000A pour 4 !

8 mai réunion de tous les bénéficiaires du puits de Elisabeth Sambava

Nous leur exposons le projet de nouveau puits, la nécessité d’entretien régulier et donc de cotisations, ils sont tous contents et ok, le maire nous a délivré un permis de travaux, tout peut commencer
Je laisse 500 euros à Elisabeth pour le début des travaux
Baignade dans l’océan avec les petites filles et nièces de Elisabeth, achat de ballon
9 mai vol retour Tana
Navette retour aéroport-Solimotel
1 nuit Solimotel

samedi 12 juin 2010

MISSIONS mai 2010 suite 4- l'école de AMBOHITSOA

Laurence injoignable avant mon départ et depuis mon arrivée malgré les messages laissés sur téléphone et mail.


Constatations avec la directrice et les enseignants qui ne l’ont pas revue depuis l’inauguration en septembre dernier :

Chaque classe est occupée par des enfants et un instituteur, des bancs et tables ont été donnés par l’Etat, il y a donc utilisation et nécessité. 190 élèves .Le 1er bâtiment ( 2 classes)construit en 2007 ne pose aucun problème.

Le second (3 classes)en revanche inauguré en septembre dernier en pose plusieurs :

le toit fuit de partout, la tôle, trop fine et ne joignant pas les murs, présente de nombreux trous laissant passer la pluie, à tel point que enfants et enseignants doivent rentrer chez eux quand il pleut, elle ne tient que par des sacs de sable posés ça et là sur le toit, des débuts de lambris avaient été posés au plafond mais mal assemblés, mal pointés et dégradés par les pluies menaçant de finir par tomber, des jours de 5 mm autour des fenêtres laissent aussi passer vents et pluies, une fissure est apparue sur le mur de devant, le semblant d’avancée de toit est bâclé et dégradé, les pluies ravinent la base des murs et les fondations.

Après téléphone à trésorière et secrétaire SEF prenons décision de mesures d’urgence : réparer ! pour la sécurité des enfants et enseignants, il en va de notre responsabilité !

A la suite allons rencontrer le maire et adjoint très gênés, au courant de la situation mais sans moyens, n’ont pas vu non plus Laurence, donnent l’autorisation de travaux nécessaires. Passage chez l’entrepreneur Jacky qui a fait l’école, une employée nous dit qu’il est absent et prend nos coordonnées. Je n’aurai de ses nouvelles qu’à mon retour en France par sa femme Saholy.

La mission est confiée à Naivo, frère de Ndimby qui nous a fait le devis : 3000 euros, pour la réfection du toit et de l’avancée, l’étanchéisation des fenêtres , la consolidation des fondations et l’aménagement tout autour du bâtiment et surtout face à la cour, voir devis.

Il a recruté une équipe d’ouvriers qui actuellement sont plus ou moins sans travail, ceux-ci dormiront dans la cantine toute proche pour diminuer les frais de transport. Nous n’avions pas pris le temps de réunir les villageois pour leur demander leur participation active, Ndimby vient de le faire en se rendant à nouveau sur place, ils aideront à porter sacs de ciment et autres.

Pour info : les droits d’écolage s’élèvent à 70000 francs malgaches ( conversion en Ariary , diviser par 5) par famille, les instituteurs ont un salaire qui va de 75000fr/mois + 500000fr subvention état, à 325000fr/mois sans subvention état, la directrice perçoit de l’état 1 Million de fr soit 80 euros/mois. Elle s’appelle Mme Rasolonjatovo

La cantine est dans un bâtiment proche, sans fenêtre, au toit en chaume, pas de tables, quelques sièges, des foyers alignés pour les marmites qui sont en nombre insuffisant, très peu de moyens ici et très peu à manger !


MISSIONS mai 2010 suite 3- accueil étudiant stage

3- ACCUEIL THOMAS le 3 mai et visites


Nous ferons visiter la ville à Thomas avec Ndimby comme chauffeur ( 40 euros + carburant)et passerons dans les différentes structures des actions de la SEF et susceptibles de l’intéresser pour son stage, pour commencer Centre Sarobidy où nous rencontrons la directrice,

puis

Au lavoir de Anatihazo : toujours très animé, don SEF de savons Citron plus( 59 euros),

Lalao responsable fera les partages ;

hauts des piliers encore dégradés ( seront entièrement refaits à ma visite suivante le 25 mai et peinture bleue refaite des balustrades)



L’enfant Kevin a un plâtre pied gauche, le pied droit assez bien repositionné ( aide personnelle avec Ndimby), une autre maman nous sollicite pour des soins, Ndimby se renseigne.

Quartier très dangereux !

Dons dictionnaires et matériel scolaire au Collège Champagnat 108 euros





Orphelinat Tsimoka pour finir





Où va rester Thomas pour son stage, accueil chaleureux de Roger et fils et des mioches

Donné 150 euros en espèces à Thomas, de la part de la SEF

Visionnons tous ensemble les travaux des enfants de Vendée dirigés par Eliette, Thomas va poursuivre pour le retour. Roger me donne un courrier pour Eliette et un sac de petits vélos.


4- ACHATS pour l’Orphelinat chez le grossiste avec Ndimby et Thomas le 4 mai

Riz, savons, sucre, brosses à dents, dentifrice, huile…

Pour environ 500 euros (factures)

Laissé 300 euros à Thomas pour l’achat de riz à suivre (reçu)

**

MISSIONS mai 2010 suite 2- AKAMASOA, Père Pedro 2 mai

Messe le 2 mai

Remise de 1000 euros en espèces à Melle Thérèse( voir reçu)


RAPPORT MISSIONS SEF ET SEJOUR MAI 2010

Arrivée le 28 avril tard,



Départ RN7 le 29 avril



1- ANTSIRABE du 29 Avril au 1er mai ( 3 jours)puis 17 mai avec Ndimby

Celestin et sa femme
Le 29 avril route Tana-Antsirabe, arrêt Ambatolampy remettre du courrier de France à des fabricants de fromage, visite de la fromagerie artisanale et dégustation


Le 30 avril

devant la clinique
Visite de la clinique Ophtalmo créée par Albine où m’attendent Dominique et Annick Augu

(adhérents SEF engagés aussi pour AGIR ABCD), ils viennent chaque année donner des cours à Antsirabe

Très beaux bâtiments érigés autour de la maison d’Albine, en plein centre de la ville, mais très mal conçus pour en faire une clinique. Marie-Claude et son mari , autres français bénévoles, refont des plans et rangent les cartons de matériels reçus. Quelques chambres sont à la disposition des gens de passage, j’y suis invitée à dormir une nuit.

En face les consultations ophtalmo sont en place ainsi que la fabrication des verres et lunettes.

Albine a créé ce centre en mémoire de son mari, ophtalmo.



Ils m’emmènent visiter l’ESSVA, centre de formations professionnelles diverses pour les jeunes, dont le tourisme et l’hôtellerie, nous rencontrons des professeurs étrangers et déjeunons au restaurant de l’école hôtelière, établissement propre qui fonctionne bien, possibilité de restauration et hébergement pour les gens de passage intéressante.




Visite ensuite, tout près, d’une école + collège d’environ 500 élèves, action soutenue par François, suisse, qui s’y donne avec persévérance. On peut voir dans la bibliothèque des meubles qui ont été fabriqués par les élèves, il y a un atelier de menuiserie près de la cantine. Une extension est en cours de réalisation, un château d’eau permet la gestion de l’eau, un projet de réhabilitation des toilettes et installation de lavabos traîne en attente de financement.



VISITE DU LAVOIR SEF

Bien fréquenté et animé le 30 avril et le 17 mai

Rencontre de la responsable , Irène, qui perçoit les cotisations, paye la facture de la Jirama et se garde un petit salaire, personne très nécessiteuse et très motivée vivant à côté dans une cabane en planches à 10. Les lavandières payent 10 Ariary/seau d’eau. Elle réclament un bloc sanitaire douches-WC. Discussion avec l’employé de la Jirama venu justement pour le règlement de l’eau, débit suffisant et pas de problème pour ajouter un bloc sanitaire.



Observation du lavoir et constatations : fissure mur pignon traversant de part en part, inclinaison du toit en son milieu nécessitant piliers de soutien, bases du bâtiment dégradées par l’écoulement du linge posé en attente sur les mailles du grillage et le vidage de bassines directement, traitement des eaux usées à réfléchir.

1er rendez-vous avec Mme le Maire Olga, demande d’autorisation de travaux

Nous remet déjà des devis pour des sanitaires près de la mairie, et des vestiaires pour les joueurs de foot ! J’explique que notre priorité c’est le lavoir et que notre budget ne nous permet pas de faire plus cette année mais que je soumettrai les projets au CA de la SEF

2ème rendez-vous le 17 mai, nous remet un devis pour bloc douches-WC à faire près du lavoir pour aussi les gens qui vont faire leur contrôle technique à côté, il n’y a rien dedans concernant le lavoir, je lui rappelle notre priorité : restaurer le lavoir et l’assure que tout sera débattu en CA au retour, diplomatie oblige !