dimanche 28 février 2010

septembre 2008Sahavato, les enfants de la famille
rue de Sahavato, entre les quartiers du haut et le centre
cases traditionnelles
chaque jour il faut se procurer ces petits fagots pour faire la braise sous la marmite, de jeunes enfants souvent passent dans les maisons les vendre
Minou, personnage respecté et aimé, mange dans son assiette sur la natte à côté des enfants
Marie-Edith

arrivée à Sahavato

devant la maison de Justinearrivée chez Justine
je découvre enfin Sahavato, groupes de cases traditionnelles en ravenala et bambou, paysage de collines, bananiers, cocotiers...Justine nous attend, accueil chaleureux de tout le quartier. Première visite avec l'adjoint au maire. Déjeuner préparé par Marie-Edith, la plus jeune soeur de Solange, installation dans ma chambre, la maison est en bois de Mananjary, spacieuse et accueillante, la cuisine est dehors dans une petite case traditionnelle sans cheminée, foyer de braises et marmites.

samedi 27 février 2010

lourds les sacs de la vazaha !! (ballons, cahiers..etc..)
6 km à pied, fait chaud!!!

embarcadère de Ambavan'i Sahavato






Après 3 heures de navigation avec des passages en haut fond, nous voilà arrivés à Ambavan'i Sahavato, restent 6 km à pied!
sur un bras de la Sakaleona
Nosy Varika avant le départ dans la pirogue de Caroline

bungalows "Volazara" Rufine et Caroline
chargement de feuilles de ravenala

la corvée d'eau au puits


retour des champs



village de pêcheurs




Le lendemain il nous faut trouver un bateau pour rejoindre Ambavan'i Sahavato par le Canal et un bras de la Sakaleona. Hélas! aucune embarcation ne doit aller dans cette direction! après 2 à 3 heures passées à visiter le village, ne voulant pas perdre trop de temps, j'accepte la proposition de Caroline qui me loue sa pirogue. Elle nous accompagne, Rufine et moi, jusqu'à Sahavato où son mari, Guine, tient une épicerie, autre passager: un porteur pour les bagages.
bungalows "Volazara" chez Caroline à Nosy Varika
avec Rufine, fille de Justine, venue de Sahavato

Chez Annie, soupe et bière


La nuit est effectivement tombée à notre arrivée, je suis avec confiance Annie jusqu'à son petit hotely ( = gargotte), elle nous prépare une bonne soupe et me sert une THB bien fraîche; je dormirai juste à côté dans un des bungalows de sa cousine "Caroline"; mais une surprise de taille se produit avec l'arrivée de Rufine en pleine nuit, elle vient de faire 35 km à pied depuis Sahavato par la piste pour m'accueillir et m'accompagner le lendemain vers son village où sa mère m'attend dans la maison en bois construite grâce à la famille thouarsaise. Je lui fais une petite place dans mon lit pour une courte nuit car dès le lever du jour les coqs chantent, tout s'agite dans le village et il est impossible de dormir!

vendredi 26 février 2010

histoire d'un projet humanitaire : Sahavato, de septembre 2008 à septembre 2009













En 1996 Matthieu notre 2ème fils a suivi à Madagascar une famille thouarsaise dont la maman est malgache , il a séjourné 1 mois dans un village de brousse à l'Est, Sahavato, j'avais aidé à la péparation de ce séjour et découvert de ce fait un aperçu du pays, de ses magnifiques paysages. Son ressenti au retour m'a donné envie , si l'opportunité se présentait, de m'investir dans l'amélioration des conditions de vie de cette population en grande difficulté. En devenant membre du conseil d'administration de la SEF, chargée des projets, l'opportunité s'est présentée et j'ai pu la concrétiser. En septembre 2008 je fus missionnée pour l'étude d'un projet d'adduction d'eau à Sahavato, premières rencontres, premiers ateliers de travail. Dès le lendemain de mon arrivée à Mananjary, je me suis rendue à l'embarcadère des bateaux-brousse, juste le temps de récupérer mes bagages à l'hôtel et me voilà partie au milieu des gasy sur les bancs du chaland, pour 10hres de navigation jusqu'à Nosy Varika , 1ère étape du périple, où je ne n'ai aucune réservation d'hébergement; le bateau s'arrête dans les villages qui bordent le canal pour faire monter ou descendre des passagers et marchandises et pour satisfaire des besoins naturels et prendre une boisson locale; après une demi-heure de navigation, les regards curieux et interrogatifs à mon égard se transforment en sourires chaleureux gràce à ma voisine de banc, institutrice, qui traduit nos conversations autour de nous. A midi nous est servi un repas à base de riz-poulet cuisiné à l'avant du bateau, je vois atterrir dans mon assiette des crevettes odorantes issues du panier de ma voisine..l'atmosphère est paisible et très conviviale. Une petite sieste sur les nattes qui couvrent le sol heureusement surélevé par rapport au fond, car pendant ce temps l'équipage écope à seaux ininterrompus! Vers 17hres30 le soleil est au plus bas et je me fais apostropher par une femme qui me propose le gîte et le couvert à l'arrivée à Nosy Varika, j'accepte d'autant que la nuit tombe vite.

la nouvelle équipe de la SEF